Open Access Open Access  Restricted Access Subscription Access

Media and the Messengers: Writings on Digital Archiving in Canada from the 1960s to the 1980s

Greg Bak

Abstract


Drawing largely, but not exclusively, on The Canadian Archivist and Archivaria, I trace the development of digital archival practice and thinking in Canada from the 1960s to the 1980s, starting with early experiments in computerized finding-aid creation and the establishment of the Public Archives of Canada’s Machine Readable Archives (MRA) Division. I pay particular attention to trends in the development of computing technologies and their use by office workers. Particularly in its early phases, this is often a story of voices from the margins. Early MRA Division manager Michael Carroll characterized digital archiving as a media specialization, a variation on textual, paper archives. Despite high-profile boosters such as Jay Atherton and Hugh Taylor, the Canadian archival mainstream remained focused on paper-based records and archival practices, even as inexpensive and user-friendly desktop-computing systems began to appear in contemporary office environments, including archives, during the 1980s. In a second article in The American Archivist 79, no. 2 (Fall 2016), I take the story from the 1980s to 2011.

 

RÉSUMÉ
En puisant largement, mais pas de façon exclusive, dans The Canadian Archivist et Archivaria, j’expose le développement de la pensée et de la pratique en matière des archives numériques au Canada entre les années 1960 et les années 1980, à partir des tout premiers essais de création d’instruments de recherche informatisés et l’établissement de la Division des archives ordinolingues aux Archives publiques du Canada. Je me penche surtout sur les tendances dans le développement des technologies de l’informatique et sur leur utilisation par les employés de bureau. Il s’agit souvent de voix qu’on avait marginalisées, notamment lors des premières phases. Un des premiers gestionnaires de la Division des archives ordinolingues, Michael Carroll, caractérisait l’archivage numérique comme une spécialisation liée à un support documentaire, une variation des archives textuelles, sur papier. Malgré l’appui de personnes très influentes comme Jay Atherton et Hugh Taylor, le courant dominant en archivistique canadienne est resté fixé sur les documents sur papier et sur les pratiques archivistiques qui leur sont propres, en dépit du fait que des ordinateurs de bureau peu coûteux et conviviaux ont commencé à faire leur apparition dans des environnements de travail, y inclus dans les centres d’archives, au courant des années 1980. Dans un second article dans The American Archivist 79, numéro 2 (automne 2016), je poursuis cet examen pour la période entre les années 1980 et 2011.


Full Text:

PDF




Archivaria, The Journal of the Association of Canadian Archivists | ISSN: 1923-6409